Le missel de grand-mère Judita

Le 29 Février 2016 by Jac LouRéagir » • Partagez » Partagez cet article sur Facebook Partagez cet article sur Google+
Le missel de grand-mère Judita

Pied-de-lion dans le missel de ma grand-mère Judita Miskar.

Tout comme celui de son père, Adam, ma mère détenait le missel de sa mère, Judita Miskar. C'est là tout l'héritage qu'elle avait recueilli après la mort de ses parents. Ce simple constat souligne cependant la rareté des documents, ou des objets, sur lesquels je peux aujourd'hui fonder ma recherche sur les racines de ma famille maternelle. Je n'ai découvert ces deux ouvrages qu'après sa mort. Il faut dire que les missels n'ont jamais été des livres qui ont soulevé chez moi un intérêt particulier. Cependant, je ne fais pas preuve de mauvaise volonté. Pour connaitre un peu mieux ce qui agite l'âme de mes semblables, je m'étais imposé la lecture de l'Ancien testament. J'avais trouvé cette lecture finalement amusante. En agrandissant les vignettes ci-dessous vous verrez que ce n'est pas dans le missel de ma grand-mère Judita que j'aurais pu lire les aventures du grand architecte qui aurait créé le monde et les emmerdes qui vont avec et qui en "fut bien content", c'est dans la bible de ma mère, un exemplaire en français à la reliure rouge bordeaux, très "ordinaire".

Cliquer sur une vignette pour afficher la photo.

Comme pour le livre de mon grand-père Adam, j'ai d'abord fait l'hypothèse assez hasardeuse que ce livre est une bible. C'est bien la preuve que je n'y connais rien. Les vignettes ci-dessus permettent d'explorer quelques aspects de l'ouvrage. On commence par la couverture, que j'ai présentée "à plat" par un montage photo. On y découvre des ornements de reliure en cuivre. Ici pas de ciboire comme sur la bible de grand-père Adam, mais de simples rivets (il y a peut-être un terme spécifique que je ne connais pas pour nommer ce genre d'ornementation ?) Les fermoirs, en revanche, sont ciselés en forme de feuille. Puis on feuillette quelques pages, notamment les pages de garde du début ou de fin qui ont servi de bloc-note à ma grand-mère. On y lit, entre autres inscriptions, les dates de naissance des membres de sa famille. Au détour de la page 224-225 on a la surprise de trouver une étoile d'argent (ou pied-de-lion, autres noms de l'edelweiss) dont la provenance restera un mystère. Peut-être était-ce, selon une tradition ayant cours dans les pays d'Europe centrale situés sur l'arc alpin, une preuve d'amour de son mari. En cliquant sur une vignette on peut l'agrandir. (*)

Le nom de ma grand-mère se lit "Michkar". C'est bien son nom de naissance (cette remarque s'éclairera dans un autre article concernant mes grand-parents maternels). Elle est née en 1879.