Promenade à Boston en août 1973

Le 27 Avril 2017 par Réagir » • Partagez » Partagez cet article sur Facebook Partagez cet article sur Google+
Promenade à Boston en août 1973

Je vous propose une balade sur la côte Est des États-Unis, à Boston. C'est une balade à faire aujourd'hui, mais c'est aussi un voyage dans le temps, sur des images d'hier, puisque les prises de vues datent du mois d'août 1973. Je les ai prises lors d'un "tour" des grandes villes des USA à une époque où faire des photos nécessitait de prévoir un stock de pellicules, forcément limité par son encombrement et son coût. Vous pouvez lire plus d'explications sur le voyage dans mon article "Mais où c'est-y que c'est que ça ? "). Vous pouvez aussi lire quelques explications sur la prise de vues sous les vignettes.

Les photos défilent dans le cadre du haut et les vignettes ci-dessous permettent de s'y retrouver.

  • Tout commence par 2 photos à l'aéroport (enfin, je crois)
  • Le très moderne à l'époque - et très décrié - City Hall, puis un cimetière ancien, le vieux clocher à horloge dans le North End, la "Old sate house" et la "Massachusets state house".
  • Le campus de Harvard, un photographe de rue (5 photos), des musicos (8 photos)
  • Un bout de Chinatown, une vue de l'avenue du Commonwealth (près du campus de l'Université de Boston)
  • Les défilés de la fête de Saint Antoine dans la quartier italien du North End.

Cliquer sur une vignette pour afficher une image grand format.

Pour prendre les photos, j'avais emporté mon très encombrant, très lourd (et très coûteux) Contarex SE de Zeiss Ikon, un appareil 35 mm à dos interchangeables complété par 3 objectifs (25, 50 et 135mm). Mon dos, qui a supporté le poids de cet équipement pendant presque deux mois et qui n'est pas interchangeable, s'en souvient encore. J'avais une provision d'une douzaine de pellicules de film inversible (film positif) 36 poses, principalement de l'Ektachrome Kodak. Évidemment cela n'a rien à voir avec ce que permet le numérique aujourd'hui, et cela explique la "parcimonie" avec laquelle j'ai fait des prises de vue. Quarante ans plus tard, j'ai numérisé les diapositives avec une résolution de 800 points par pouce (environ 36 points par millimètre). Je dois avouer que je suis finalement déçu par la piètre résolution des originaux, malgré le soin que j'ai cru prendre à la mise au point... J'ai aussi passé beaucoup de temps à dépoussiérer "à la mano" les images obtenues, car quel que soit les précautions prises, la poussière est partout. Vous avez le résultat sous les yeux.