Calculettes des '70

Le 26 Avril 2011 by Jac LouRéagir » • Partagez » Partagez cet article sur Facebook Partagez cet article sur Google+

  Au début des années 70, toujours, le SICOB ouvre ses portes au palais des expositions de "La Défense", magnifique voûte reposant seulement sur 3 points, nouvellement construit près de Paris. On peut y voir et y acheter une calculette Sharp, la Elsi-8, qui sait faire les 4 opérations pour "seulement" 2350 FF de l'époque, soit près de quatre mois de salaire d'un travailleur payé au SMIC !

 Dès 1972 la course à l'intégration de fonctions dans les calculettes est commencée : la HP35 compte 35 touches (d'où son nom) et 30 000 transistors. En 1974 la publicité pour la HP45 annonce fièrement une "grande capacité de stockage: 4 registres ainsi que 9 mémoires". A la fin de la même année, la HP65 dispose de 175 000 transistors qui permettent d'enchaîner jusqu'à 100 pas de programme qu'on sauvegarde sur cartes magnétiques. Bien sûr, il en coûte quelque 5300 FF, mais à ce prix on s'offre une technologie digne des astronautes de la mission Apollo-Soyouz en 1975. De son côté, le calculateur programmable Wang 2200 possède 32 Koctets de mémoire. Il intègre un interpréteur Basic pré câblé (en 'firmware') qui autorise le traitement des chaînes de caractères. Il est muni d'un clavier de programmation (une touche = une fonction) ainsi que d'un écran cathodique pour l'affichage.

 Voir aussi le site de M Jouenne sur la HP41c (clic). Attention, les conversions en Euros des prix en Francs ne tiennent pas compte de la la valeur réelle du Franc de l'époque !